coffre-jurats-ossau-bielle-03_HDR

Bielle était autrefois l’ancienne « capitale » de la vallée d’Ossau. Les jurats (membres de la Jurade) se réunissaient au village et prenaient toutes les décisions administratives et juridiques. Celles-ci étaient alors consignées dans le Livre Rouge. Celui était rangé dans le fameux coffre qui se trouve encore aujourd’hui dans le « Ségrari » de l’église de Bielle.

La seule serrure restant sur le coffre de la Jurade

La seule serrure restant sur le coffre de la Jurade

Pour ouvrir le coffre, il fallait trois clés. Les jurats de Bielle, Laruns et Sainte-Colome en détenaient une chacun. Aujourd’hui il ne reste qu’une serrure sur le coffre. Est-ce celle de Bielle qui a été conservée?

Plus d’infos sur l’histoire de Bielle ici.

Entrée Ségrary coffre-jurats-ossau-bielle-12_HDR coffre-jurats-ossau-bielle-13

coffre-jurats-ossau-bielle-14 coffre-jurats-ossau-bielle-15

coffre-jurats-ossau-bielle-17 coffre-jurats-ossau-bielle-18

3 réponses
  1. Patrick Rezola
    Patrick Rezola dit :

    Merci beaucoup pour ces photos de l’intérieur du segrari. A l’occasion de mes passages éclairs dans la région je n’avais jamais pu voir ce fameux coffre.
    Bien cordialement

  2. Adrien Casaux
    Adrien Casaux dit :

    Il ne reste plus qu’une serrure mais où donc est passée la clef ?

    Maintenant que le secret du Ségrarï est dévoilé il est urgent que la porte de ce local chargé d’histoire soit fermée à double tour ou mieux que ce précieux vestige soit mis en lieu sûr avant que des déménageurs ne soient tentés de l’exposer dans quelque salle des ventes où il trouverait rapidement preneur. C’est un miracle qu’il soit encore là et qu’il n’ait pas subi le sort du bénitier en marbre blanc de Gère qui se trouvait il y a quelques dizaines d’années à l’entrée principale de l’église.

    Pourquoi ne pas le placer, par exemple, à la Mairie sous le tableau du recensement de Gaston Phoebus où tout le monde pourrait l’admirer ? La salle des délibérations étant passée du Ségrarï à la Mairie, il serait logique et prudent que le coffre en fasse de même et rejoigne son complément historique qu’est le fameux tableau.
    J’espère que les descendants des Jurats tiendront à avoir sous leurs yeux cet antique et symbolique vestige de l’autorité ossaloise au moment où le pouvoir des maires de la Vallée et son unité sont menacés.

    Les graffitis sur les murs ne sont pas l’oeuvre de quelque Jules Verne ossalois rêvant de s’envoler vers les Amériques. Durant la dernière guerre, en 1940/41 lou Ségrarï servit de prison pour l’unité d’aviation qui s’était repliée à Bielle après la débâcle de 40. De jeune Bielloises au coeur généreux faisaient passer quelques victuailles au prisonnier à l’aide d’une corde glissée entre les barreaux de l’unique fenêtre.

    Adrien Casaux.

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.